Vous avez certainement entendu parler du blurring ! Ce phénomène ne cesse de s’accentuer chez tous les cadres en France. Il rejoint le cercle très fermé large des pathologies professionnelles.

Téléchargez notre guide de prévention sur le blurring

Qu’est ce que le blurring ?

Saviez-vous que plus de 33% de nos salariés restent connectés durant leurs vacances ? La plupart d’entre eux éprouvent un sentiment de culpabilité s’ils ne le font pas.

Définition du blurring

Le blurring est un terme anglais utilisé pour définir et pour décrire une situation floue qui s’installe entre vie professionnelle et vie personnelle. La digitalisation et le développement de plusieurs outils numériques ont simplifié le travail dans de nombreux secteurs. Les habitudes professionnelles ont donc évolué, de même pour l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle.

Comme le terme le précise, blurring du verbe « blur » qui signifie flouter, est un phénomène qui se manifeste par :

L’effacement progressif de la frontière qui assure l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Cette pathologie apparait petit à petit et peut causer plusieurs problèmes, physiques et psychiques.

Blurring

Le blurring est-il une maladie professionnelle ?

Ce syndrome ne bénéficie d’aucune définition médicale et n’est pas reconnu comme une maladie professionnelle. Au même titre que le burn out, le bore out ou le brown out, il n’apparaît pas dans le tableau des maladies professionnelles de l’INRS. Contrairement au burn out ou au bore out, il n’existe pour l’instant pas de jurisprudence reconnaissant cette pathologie comme maladie professionnelle.

Qui est touché par le blurring ?

La frontière entre vie professionnelle et personnelle est en train de se raccourcir. La digitalisation de nos environnements a transformé nos modes de vie en les rendant hyper connectés.

Qui n’a jamais regardé ses e-mails le week-end ou en vacances ?

Selon une enquête réalisée par Edenred/ Ipsos en 2015, ce phénomène touche principalement les managers. 78 % d’entre eux sont sollicités par leur travail en dehors de leurs temps de travail. En retour, 81 % des managers règlent des questions personnelles au bureau.

Certains profils de managers sont très exposés. La plupart du temps, Il s’agit de personnes qui sont dans le contrôle : les perfectionnistes, ceux qui ont du mal à déléguer, ceux qui au contraire, manquent de confiance en eux. Il donne une illusion de contrôle mais au fil du temps, un salarié qui s’empêche de déconnecter de son travail pense devoir être disponible tout le temps et s’épuise à vouloir être le plus réactif possible.

Les symptômes et répercussions du blurring

Les smartphones, les tablettes ou encore les ordinateurs portables ont révolutionné nos façons de travailler en rendant nos organisations et méthodes de travail plus agiles et flexibles. Mais elles ont également des conséquences directes sur les collaborateurs. La sur-sollicitation de leurs capacités du matin au soir ou encore pendant le week-end épuise les capacités de concentrations et s’avère contre-productif.

Symptômes physiques

L’invasion des nouvelles technologies dans notre quotidien et les impératifs de rapidité et de productivité « imposé » par nos entreprises nous pousse à toujours en faire plus. Tous ces éléments ont des conséquences directes sur la santé physique des collaborateurs :

  • Trouble du sommeil
  • Fatigue
  • Migraine
  • Tensions musculaires

Symptômes émotionnels, intellectuels et cognitifs

Le blurring impacte directement notre épanouissement et notre bien-être. On observe généralement des symptômes proches de ceux du burn out :

  • Anxiété
  • Stress chronique
  • Dévalorisation
  • Perte de repères

La technologie a sans aucun doute remis en cause notre équilibre de vie professionnelle/ personnelle. Le blurring peut rapidement mener au burn out, syndrome d’épuisement physique et psychologique dû à une surcharge de travail.

Prévention du blurring

L’effacement progressif de la frontière entre vie professionnelle et vie privée nécessite d’être pris en compte par les entreprises. Elles doivent fournir une réponse adaptée à leurs collaborateurs pour garantir leur santé psychologique.

Mauvais équilibre de vie pro/ perso

Gérer son blurring quand on est salarié

Lorsqu’on est touché par cette pathologie professionnelle. Il faut travailler sur soi et apprendre à se déconnecter en dehors de ses horaires et jours de travail. On vous l’accorde, ce n’est pas facile. N’hésitez pas à instaurer quelques bonnes pratiques dans votre vie quotidienne :

  1. Laissez votre matériel professionnel au bureau (Ordinateur, tablette, smartphone….)
  2. Créez-vous une nouvelle routine en insérant un moment de détente ou sportif dans votre journée
  3. Bloquez vos applications professionnelles à partir d’une certaine heure et profitez pleinement de votre temps libre.

Gérer un cas de blurring dans son équipe

Manager l’équilibre de vie professionnelle/ personnelle d’une équipe est loin d’être une mission facile. Néanmoins, il existe quelques bonnes pratiques à mettre en application pour instaurer un climat construit autour de la sérénité et de l’efficacité.

Tout d’abord il est très important de prendre en compte les besoins de ses collaborateurs (parents, proche de personnes malades, sportifs…) dans le but d’harmoniser les emplois du temps de chacun. Réussir à coordonner l’organisation des temps de travail est un élément clé pour prévenir le blurring.

Il faut également être capable de trouver un juste milieu entre les exigences de la hiérarchie et les besoins des collaborateurs afin de satisfaire tout le monde. La communication est un élément essentiel pour garantir un équilibre entre les membres de l’équipe.

Enfin, il ne faut pas hésiter à instaurer des règles en matière de déconnexion. Demandez par exemple à vos équipes de ne plus envoyer de mail avant 9h et après 19h30. Devenez un exemple à suivre pour vos équipes de travail.

Prévention du blurring au niveau de l’entreprise

Selon une enquête réalisée en 2018 par Opinion Way pour Eléas, près de la moitié des collaborateurs Français se connectent le soir ou le week-end pour travailler. Il est donc impératif pour les entreprises de mettre en place des mesures visant à limiter l’hyper connexion des salariés. Le but est de donner aux collaborateurs les clés pour s’organiser en fonction de leurs besoins tout en préservant l’efficacité collective et la fluidité dans l’organisation.

C’est dans cette optique que le droit à la déconnexion est entré en vigueur le 1er janvier 2017. Son objectif est de garantir « la mise en place par l’entreprise de dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques, en vue d’assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que de la vie personnelle et familiale ».

Ce droit à la déconnexion doit être négocié annuellement dans les entreprises de plus de 50 salariés et il impose à toutes les sociétés d’élaborer une charte précisant les règles et les actions de prévention mis en place.

Cependant, les dispositions actuelles du Code du travail ne prévoient pas de mesure concrète pour assurer l’effectivité de ce droit. C’est à l’employeur de mettre en place les mesures appropriées pour permettre la déconnexion et d’organiser les éventuelles négociations qui en relèvent.

Voici quelques pistes de réflexion pour assurer un droit à la déconnexion efficace au sein de votre entreprise :

  • Clarifiez les attentes : Il est essentiel de communiquer à tous les collaborateurs de l’entreprise vos attentes face au numérique. Qu’est-il attendu d’eux concrètement ?
  • Donnez l’exemple : Demandez à vos managers d’être exemplaire vis à vis des horaires de travail. Interdisez les réunions et l’envoie de mail avant 9h, pendant la pause déjeuner et après 19h.
  • Formez vos équipes : En tant que société, il est très important de former vos équipes face au danger de la digitalisation des modes de travail. Donnez-leur les outils pour garantir leur équilibre de vie professionnelle/ personnelle.

 

Conclusion :

L’équilibre professionnel/ personnel des salariés au sein d’une entreprise est l’une des clés de leur santé physique et psychique mais également de leur productivité. Ces dernières années, la digitalisation a transformé nos organisations du travail et modes de vie et a mis à mal la frontière entre vie professionnelle et vie privée. Il est nécessaire pour les entreprises de mettre en place des mesures visant à déconnecter leurs salariés en dehors des heures de travail pour éviter le syndrome de blurring. Ce dernier peut avoir des conséquences négatives sur la santé des collaborateurs et peut même mener au burn out.

Références :

Mangot, M (2018). Le boulot qui cache la forêt. Editions Larousse.

Köffer, Sebastian; Anlauf, Lea; Ortbach, Kevin; and Niehaves, Björn, « The Intensified Blurring of Boundaries Between Work and Private Life through IT Consumerisation » (2015). ECIS 2015 Completed Research Papers. Paper 108.

L’impact des outils numériques professionnels sur les salariés. Enquête réalisée par Opinion way pour Eleas, 2018.

Etude bien-être et motivation des salariés. Edenred/ Ipsos, 2015.

 

Article rédigé par Valentin Menard


Partager cet article
Ces articles peuvent également vous intéresser
26.02.2021
Tout savoir sur les TMS

Les TMS représentent 87% des maladies professionnelles et ont un coût conséquent pour les entreprises. Découvrez en plus sur ces maladies et comment les prévenir en adoptant les bons réflexes.

Santé
08.02.2021
Le stress au travail, de quoi parle-t-on ?

Le stress est un concept vieux comme le monde. C'est une réaction normale d'adaptation de notre corps face à une situation extérieure. Apprenez en plus sur le stress au travail et comment y remédier.

Santé Management
Demander une démo
Vous souhaitez planifier une démo pour votre entreprise ? Merci de renseigner les différents champs afin que nous puissions discuter avec vous de ce qui serait le plus adapté à votre entreprise.