Le télétravail généralisé a fait irruption dans nos vies il y a maintenant 1 an. Depuis, on entend à peu près tout et n’importe quoi sur cette nouvelle organisation du travail. En 2020, il aurait permis de faire grimper la productivité des salariés de 22% selon les calculs de l’Institut Sapiens, relayés par le Figaro. Le chiffre est « correct » mais ne reflète absolument pas la réalité du moment. Il faut remonter à 2016 pour trouver la trace de cette étude.

Nous vous proposons de faire un tour d’horizon des nombreuses analyses sur le sujet en essayant de démêler le vrai du faux, tout en réfléchissant à son implémentation dans nos organisations lorsque les choses retourneront enfin à la normale. Le 100% télétravail est-il une solution d’avenir ?

Tour d’horizon sur le télétravail

Encore utopique pour une majorité de salariés, le télétravail s’est démocratisé avec la Covid 19, pour le meilleur et pour le pire.

Définition du télétravail

Le télétravail est une forme d’organisation du travail dans laquelle les tâches d’un salarié sont effectuées hors des locaux de son employeur, de manière volontaire, en utilisant les technologies de l’information et de la communication.

Si en temps normal, le télétravail repose sur la base du volontariat, il peut être imposé par l’employeur à tous les salariés de l’entreprise (si ce dernier est compatible avec les missions exercées) en cas de circonstances exceptionnelles comme la Covid 19 (article L1222-11 du Code du travail).

Le télétravail des années 2000 à aujourd’hui

Le télétravail est apparu dans les années 1950. Norbert Wiener, architecte, supervise depuis l’Europe la construction d’un bâtiment aux États-Unis. Il utilise des moyens de transmissions de données pour suivre l’avancée des travaux. Mais les véritables prémices du télétravail apparaissent dans les années 1970 grâce aux avancées du fax et du téléphone. En 1990, suite au développement des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication le télétravail « s’impose » comme une nouvelle méthode de travail.

En France, le télétravail prend un véritable tournant suite aux ordonnances Macron du 22 Septembre 2017. Il donne une définition du télétravail avec le statut et les droits du télétravailleur. Depuis, il ne cesse de se démocratiser, même s’il se heurte régulièrement à la méfiance des managers et des entreprises. En effet, 61% des salariés souhaitaient la mise en place du télétravail dans leur entreprise en 2018, mais seulement 17% en bénéficiaient selon le Ministère du Travail.

Selon une enquête Dares, effectuée en 2017, 7% des salariés Français télétravaillent de manière occasionnelle. Les études de Malakoff Humanis, quant à elles, estiment ce pourcentage à 25% sur cette même année. Des chiffres assez éloignés mais qui illustrent tout de même notre retard face aux pays nordiques, champion en la matière, avec une moyenne de plus de 30% dès 2009 (Gartner, analyse Roland Berger, le développement du télétravail dans la société numérique de demain).

Toutefois, c’est une pratique en très nette augmentation dans l’hexagone, avec plus de 700 000 télétravailleurs supplémentaires entre 2018 et 2019 (Malakoff Humanis).

Mais son développement satisfait-il les collaborateurs ?

Jeune homme travaillant à la maison

Les études sur le télétravail

Le développement du télétravail a connu une très forte accélération en 2020, bien aidé par le contexte sanitaire, ayant forcé le gouvernement à imposer cette méthode de travail. Depuis, de nombreuses études ont essayé d’analyser son impact en disant à peu près tout et n’importe quoi. Mais qu’en est-il réellement ?

Avant la crise sanitaire, le télétravail, mesure phare des politiques de Responsabilité Sociétale et Environnementale (RSE) était en pleine expansion en France. Cette nouvelle organisation du travail était de plus en plus populaire auprès des salariés passant de 75% de taux de satisfaction en Novembre 2017 à 80% de satisfaction 2 ans plus tard pour une moyenne de 1,7 jours télétravaillés par semaine. A cette époque, 36% des managers disaient avoir été accompagné dans la mise en œuvre du télétravail.

La crise sanitaire de 2020 a obligé de nombreuses entreprises à s’adapter très rapidement aux nouvelles mesures du gouvernement en faveur d’un télétravail généralisé. En Avril 2020, le nombre de jours télétravaillés a doublé par rapport à 2018, passant de 1,7 à 3,4 jours par semaine. Cependant, on remarque que le taux de satisfaction a drastiquement chuté pour atteindre seulement 69%. Ce chiffre s’explique en grande partie par la mise en place précipitée de cette nouvelle organisation du travail et un faible accompagnement des managers dans sa mise en œuvre.

En Décembre 2020, le nombre de jours télétravaillés a encore connu une hausse, de 6%, passant à 3,6 jours par semaine en moyenne. Le taux de satisfaction a également connu une légère augmentation pour atteindre la barre des 72%. Néanmoins, les managers déclarent n’avoir été accompagné qu’à hauteur de 32% concernant sa mise en place.

Récemment, le Figaro a publié une étude montrant que la productivité des employés a connu une hausse de 22% avec le télétravail. Cependant, ce chiffre ne reflète absolument pas la réalité. Cette étude du cabinet Kronos, date de 2016.

De plus, cette analyse reflète un télétravail qui a fait l’objet d’une préparation et d’un accompagnement de la part des entreprises. Le télétravail mis en place pendant les différents confinements n’était pas un télétravail à proprement parler mais plutôt un travail (dégradé) à domicile où 65% des salariés ont dû payer leur propre équipement de bureau à domicile (étude menée par Atomik Research).

Les inconvénients du « télétravail »

La mise en place du télétravail généralisé et dans la précipitation est loin de n’avoir eu que des bénéfices pour les salariés et les entreprises comme de nombreuses études le laissent entendre. Sur le terrain qu’en est-il réellement ?

D’après un rapport du parlement Européen en Janvier 2021, plus d’un tiers des salariés sondés en télétravail déclaraient avoir du mal à se déconnecter après leur journée de travail. Un constat qui fait écho avec l’étude menée par Atomik research constatant que 54% des salariés travaillent plus d’heures lorsqu’ils sont à domicile en 2020.

Cette hausse de la charge de travail a donc un impact direct sur l’équilibre de vie professionnelle/ personnelle des salariés. Les études menées par Teamii en Juin 2020 ont démontré que 50% des collaborateurs avaient du mal à concilier vie privée et vie professionnelle. L’effacement progressif de la frontière qui assure l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, appelée le blurring peut avoir de nombreuses répercussions physiques, émotionnels et cognitives sur les salariés, voir même mener au burn out.

Cette dégradation des temps de travail et de la santé des collaborateurs est également illustrée par une étude d’Opinion Way, où, 10% des Français qui déclaraient ne souffrir d’aucun trouble du sommeil avant le 1er confinement ont déclaré en avoir rencontré au cours du 2ème confinement.

En 2020, de nombreuses entreprises ont dû, en urgence, au moment du confinement, donner aux salariés les moyens de travailler depuis leur domicile sans toutefois les faire bénéficier d’un accompagnement adéquat.

Selon Atomik research, seulement 50% des salariés ont bénéficié d’un poste de travail à domicile et plus de 20% admettent travailler depuis leur chaise et table à manger. Les conséquences de ce mauvais aménagement peuvent mener à des troubles musculo-squelettiques (TMS), maladies professionnelles les plus répandues en entreprise. Les troubles musculo-squelettiques concernent 87% des maladies professionnelles ayant entrainé un arrêt de travail ou une compensation financière selon l’assurance maladie. Il ne sera pas étonnant de voir une très forte hausse des TMS dans les mois à venir.

Enfin, une enquête réalisée par Harris Interactive pour le Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion montre que le télétravail a un impact négatif sur les relations sociales au sein des entreprises et favorise l’isolement pour 41% des salariés interrogés.

Cependant, ce chiffre doit être remis dans son contexte. Le télétravail imposé en confinement est loin d’être un télétravail normal. Il ne faut pas oublier que l’expérience 100% télétravail à laquelle nous avons été confronté aurait été grandement différente si on avait pu avoir l’équilibre aussi dans nos relations sociales. Avec le confinement, plusieurs personnes pourraient avoir l’impression que le télétravail est néfaste, puisqu’on ne pouvait rien faire d’autre, ou presque. Mais dans une vie sans confinement, où il serait possible de recevoir des gens chez soi, de souper chez des amis, au restaurant, de sortir au cinéma ou même de changer de région, le télétravail offre une tout autre réalité, beaucoup plus favorable justement, aux contacts sociaux de qualité.

jeune femme isolée à la maison

Le télétravail, et demain ?

Rassurez-vous le télétravail n’est pas aussi négatif qu’il en a l’air. Il a même de nombreux bénéfices lorsqu’il est mis en place dans de bonnes conditions.

Les bénéfices du télétravail

Dans cette partie, nous étudieront les bénéfices du télétravail hors confinement pour montrer son véritable impact. Le télétravail, lorsqu’il est mis en place dans de bonnes conditions et qu’il est bien accompagné par les entreprises et managers, présente de nombreux avantages pour l’entreprise et les salariés.

Au niveau de l’entreprise

Le télétravail permet d’accroître la production et la productivité des entreprises de l’ordre de 5 à 30% selon une étude de Greenworking en 2012 réalisée pour le gouvernement Français.

Lorsqu’ils ont la possibilité de travailler à domicile les employés se sentent plus engagés envers leur entreprise. Une étude IFOP Malakoff Médéric, menée en 2018 a montré que 82% des collaborateurs étaient plus engagés lorsqu’ils télétravaillent.

On notera également que la flexibilité du travail favorise la baisse de l’absentéisme au sein des entreprises. Les employés sont en moyenne, 39% moins absents selon une étude IFOP Malakoff Médéric. Un chiffre non négligeable étant donné le coût de l’absentéisme en France qui s’élève à 4059€ par salarié par an selon l’Institut Sapiens en 2018.

Au niveau des collaborateurs

Le télétravail a son lot de points extrêmement positifs pour les salariés. Il favorise l’autonomie des collaborateurs. Ils sont 90% à le penser selon l’étude du télétravail de Malakoff Humanis réalisée en 2018.

Il permet également un gain de temps dans les transports (38%), une meilleure concentration (27%) et une plus grande liberté dans la façon d’organiser sa journée de travail en fonction de ses contraintes personnelles (78%) selon une enquête réalisée par Harris Interactive pour le Ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

Le télétravail est donc solution d’avenir. Mais qui pour fonctionner efficacement, doit être implémenté dans de bonnes conditions.

Et demain on fait comment ?

Avec l’arrivée des campagnes de vaccinations, nous voyons enfin le bout de la pandémie, et les entreprises pourront finalement se projeter vers un avenir moins incertain d’ici la fin de l’année 2020. Le télétravail a bouleversé les façons de travailler, et il sera difficile pour tous de revenir en arrière. Une grande majorité d’employés souhaitent prolonger ce mode de travail. Quel sera l’avenir pour le télétravail ?

Il n’existe pas de réponse universelle à cette question. Dans le futur, son implantation dépendra de nombreux facteurs tels que la culture d’entreprise, la digitalisation ou la flexibilité des modes de management. Le télétravail à 100% peut être envisagé par un certain nombre d’entreprises auprès de salariés volontaires, imprégnés par la culture numérique et familiers des outils collaboratifs. Ces entreprises en « full remote » ne représenteront qu’une infime partie des sociétés.

L’entreprise de demain aura fort intérêt à mettre en place le télétravail par le biais d’un accord ou d’une charte révisée et ajustée annuellement. Ils permettront de donner un cadre général tout en validant de manière collective les différents éléments encadrant cette méthode de travail. Pour vous aider dans cette démarche vous trouverez ci-dessous une liste de bonnes pratiques mises en place par nos entreprises partenaires :

  • Mesures de prévention : Le télétravail, au même titre que le travail en entreprise peut présenter des risques pour la santé mentale et physique des salariés. Il est donc très important de mettre en place des mesures de prévention. Afin d’éviter le blurring (effacement de la frontière entre vie privée et vie professionnelle), il est nécessaire d’instaurer des temps de pause. Misez sur des salles virtuelles pour partager un café entre collègue et faites bénéficier à vos employés de cours de sport (Yoga, Cardio…) en visio conférence à l’aide d’ActivCorner Play. Il vous faudra également prévoir du matériel adapté pour lutter contre les TMS.

 

  • Matériel : Le matériel à la maison est généralement moins qualitatif que celui au sein des locaux de l’entreprise. N’hésitez pas à faire appel à un ergonome pour proposer du matériel adapté aux problématiques de vos salariés.

 

  • Accompagnement et formation : Le rôle du manager doit évoluer avec le télétravail. Le management à distance exige de mettre en place de nouvelles méthodes de management et de nouvelles procédures. Il faut apprendre à lâcher prise et à instaurer un management basé sur la confiance et les objectifs. Il faut également se rendre disponible et instaurez des feedbacks réguliers avec les membres de son équipe. Vous l’aurez compris, le management à distance nécessite de trouver le bon équilibre entre autonomie et accompagnement.

 

  • Horaires : Dans la continuité du management d’équipe, l’établissement de règles claires et communes doit permettent de délimiter un cadre aux salariés. Fixez des plages de disponibilité du télétravailleur et envisagez un temps de travail présentiel minimum dans les locaux de l’entreprise, afin notamment de planifier des temps collectifs.

 

  • Lieu : La mise en place du télétravail doit permettre aux salariés d’effectuer leurs tâches hors des locaux de l’entreprise dans de bonnes conditions. Il est donc nécessaire de sonder vos équipes afin de déterminer quels employés ont la possibilité d’aménager un espace de travail au sein de leur lieu de vie. Si cela n’est pas possible, l’entreprise devra proposer des lieux de co-working.

 

  • Communication : Parmi les défis à surmonter pour bien gérer le télétravail, le manager doit réussir à pallier au manque de contacts. Il s’agit de créer de nouvelles formes de relations favorisant les échanges entre collaborateurs. En effet, le salarié doit rester en contact avec son manager et avec le reste de son équipe. Mettre en place les outils de communication adéquats est un prérequis à la réussite du télétravail. Afin de pouvoir échanger à tout moment avec ses collègues, son manager ou encore ses clients, les bons outils comprennent au minimum un ordinateur avec les logiciels adéquats ainsi qu’un accès aux documents et données de l’entreprise, un smartphone ou un téléphone fixe sur le lieu du télétravail, une messagerie interne une messagerie instantanée, des outils de visio ou de web conférence. L’accès à des fonctionnalités de partage des agendas constitue également une réelle plus-value afin de connaître la disponibilité des collègues.

 

Conclusion : 

Le télétravail représente de nombreux bénéfices à la fois pour les entreprises et les collaborateurs. Mais pour profiter pleinement des fruits de cette nouvelle méthode de travail il doit être mis en place dans de bonnes conditions et non précipité. La pandémie observée en 2020 a accéléré la transformation digitale des entreprises et fait découvrir le télétravail à de nombreux employés.

Cependant, ce n’était pas du télétravail a proprement parler et les entreprises comme les employés n’ont pas pu profiter de tous les avantages que peut offrir cette nouvelle méthode de travail.

Toutefois, de nombreux salariés ont apprécié la découverte du télététravail et souhaitent continuer à exploiter cette méthode de travail dans le futur.  Les entreprises vont donc devoir transformer leur organisation du travail et privilégier des organisations hybrides (présentiel et télétravail).

Références :

Institut Sapiens. (2021). Quel avenir pour le télétravail ?

Gartner, analyse Roland Berger. (2009). Le développement du télétravail dans la société numérique de demain.

Malakoff Humanis. (2021). Baromètre annuel Télétravail 2021.

Fellowes, Atomik research. (2020). Une nouvelle façon de travailler.

Opinion Way. (2021). Les Français et le sommeil pendant le 2ème confinement.

Greenworking. (2012). Comment la distance transforme nos modes de travail.

IFOP, Malakoff Médéric. (2018). Regards croisés des salariés et des entreprises du privé sur le télétravail.

Institut Sapiens. (2018). Le coût caché de l’absentéisme au travail.

Malakoff Humanis. (2018). Baromètre annuel Télétravail 2018.


Partager cet article
Ces articles peuvent également vous intéresser
29.06.2021
La méthode pour mesurer l'eNPS au sein de votre société

L'eNPS est un excellent outil d'analyse de l'engagement professionnel de vos équipes. Il est reconnu internationalement et très simple d'utilisation. Découvrez comment le mesurer et l'interpréter pour améliorer la qualité de vie au travail de votre entreprise.

QVT Management
14.06.2021
Mettre en place sa démarche QVT

Une démarche QVT est un projet stratégique d'entreprise. Il peut être compliqué de convaincre sa direction de l'adopter et de savoir par où commencer. On vous donne les clés pour mettre en place une démarche QVT performante dans votre entreprise.

RH Management
Demander une démo
Vous souhaitez planifier une démo pour votre entreprise ? Merci de renseigner les différents champs afin que nous puissions discuter avec vous de ce qui serait le plus adapté à votre entreprise.